L’image de la grande distribution se modernise

Légumes dans les rayon d'un supermarché
L'actualité IFCDis Commentaires (0)

Longtemps considérée comme de la commercialisation de masse impersonnelle et à bas prix, la grande distribution change peu à peu d’image. Ce secteur d’activité est amené à bouleverser son fonctionnement à la demande des consommateurs, mais également de l’État. Les modes d’achat évoluent et tendent à se digitaliser, obligeant les enseignes à s’adapter. C’est ainsi que le drive et la livraison se sont fait une place dans les habitudes de consommation. En parallèle, les distributeurs agissent en faveur de l’environnement et du développement durable. Dans cet article, IFCDis vous propose de comprendre les mécanismes de modernisation de la grande distribution. 

Modernisation de la grande distribution : en route vers le e-commerce

Face à l’essor du e-commerce, les enseignes les plus connues de la grande distribution en France n’ont eu d’autre choix que d’adapter leur offre. Les habitudes de consommation ont évolué entraînant avec elles de nouvelles solutions proposées aux consommateurs. C’est ainsi que le système de drive et la livraison se sont imposés ces dernières années auprès des distributeurs. 

L’émergence du drive

Le principe du drive permet aux consommateurs de réaliser leurs courses en ligne et de les récupérer en magasin. Ce système offre une grande flexibilité aux clients qui choisissent l’heure de retrait de leurs achats et qui ont une meilleure visibilité notamment sur les prix. Les acteurs de la grande distribution ont ainsi modernisé leur image en créant des applications dédiées. L’émergence et le succès du drive obligent les distributeurs à s’adapter, notamment en recrutant et formant leurs employés à de nouvelles compétences. Pour cela, des enseignes telles que Casino accompagnent la transformation de certains métiers et la création de nouveaux. En tant qu’organisme de formation spécialisé dans la grande distribution, IFCDis vous propose de nombreuses formations pour rejoindre ce secteur dynamique.

La livraison à domicile pour tous

Les enseignes de la grande distribution ont développé un autre axe dans leur projet de modernisation : la livraison à domicile. Ce système se fait de plus en plus de place sur le marché du e-commerce. Les distributeurs n’hésitent pas à créer des partenariats avec des entreprises spécialisées dans la livraison. On peut notamment citer l’association de Casino avec Deliveroo ou encore celle de Carrefour avec Ubereats. 

Ces services ont un coût supplémentaire pour le consommateur qui peut voir le prix de ses produits favoris augmenter, mais il est aujourd’hui prêt à le payer pour le confort apporté dans son quotidien. Certains acteurs de la grande distribution, tels que Monoprix ou Hourra, sont parvenus à se positionner en tant que leaders sur la livraison grâce à un positionnement premium. Bien que la livraison à domicile se démocratise, elle reste devancée par le drive qui a déjà séduit de nombreux consommateurs. 

Le développement durable au cœur de la modernisation de la grande distribution

Depuis de nombreuses années, la grande distribution joue le rôle d’intermédiaire entre producteurs, industriels et consommateurs. Son rôle ne se limite cependant plus à négocier des prix, elle peut également agir sur l’aspect écologique en encourageant un changement des pratiques. 

La réduction des emballages

Le Pacte National sur les emballages plastiques, signé en 2019, prévoit d’atteindre un taux de 60 % d’emballages plastiques recyclés d’ici la fin de l’année 2022 et d’écoconcevoir les emballages pour les rendre réutilisables ou recyclables avant fin 2025. Les grands groupes industriels et les enseignes de grande distribution ont déjà fait des efforts en supprimant, par exemple, les emballages carton des pots de yaourt. La loi anti-gaspillage agit dans le même sens en interdisant les emballages plastiques à usage unique.

La progression des produits bio dans les rayons

Les rayons des supermarchés laissent de plus en plus de place aux produits issus de l’agriculture biologique. Les distributeurs travaillent à les rendre accessibles au plus grand nombre en proposant des prix attractifs et raisonnables. Elles proposent même de larges gammes de produits bio, alimentaires ou non, commercialisés sous leur marque distributeur. Cet engagement se poursuit et tente de mettre en avant la saisonnalité et la proximité pour mettre en valeur les producteurs locaux.

La diminution de l’impact écologique

En 2012, plusieurs enseignes de la Fédération du Commerce et de la Distribution se sont engagées à réduire la consommation énergétique et l’émission de gaz à effet de serre du secteur. La FCD a ainsi agi sur la climatisation, l’éclairage ou encore l’énergie renouvelable avec par exemple l’installation de panneaux photovoltaïques sur certains bâtiments. Les acteurs de la grande distribution travaillent également à réduire les émissions liées au transport de marchandises en rationalisant les trajets ou en privilégiant des modes de transports alternatifs à la route. 

En incitant les différents acteurs à produire de manière plus respectueuse de l’environnement et en mettant des produits plus vertueux à disposition des consommateurs avec des prix accessibles, la grande distribution participe à faire du développement durable, un axe majeur dans ce secteur.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.